Bénin/Recherche de solution à la crise préélectorale par voie parlementaire : la session extraordinaire ouverte à cet effet s’est achevée sur un fiasco total

La quatrième session extraordinaire ouverte par le parlement aux fins de trouver une solution consensuelle à la crise préélectorale vient d’être clôturée ce lundi 1er Avril. En terme de bilan, rien de concret à se mettre sous la dent, si ce n’est le triste constat de l’incapacité des parlementaires à pouvoir accorder leur violon autour de questions sensibles qui engagent la paix et la stabilité dans notre pays. Pour rappel, suite à l’impasse préélectorale dans laquelle se trouve enlisé notre pays depuis quelques semaines , le Chef de l’État, Patrice TALON, à l’issue de sa rencontre avec la classe politique le mercredi 6 mars 2019, a investit l’assemblée nationale de la mission de trouver en procédure d’urgence et ensemble avec la classe politique, la voie de sortie de crise. Il était concrètement question pour les parlementaires de procéder, de façon consensuelle avec les députés de la minorité représentant les partis de l’opposition, à la modifications des principaux textes objets de blocage ; en l’occurrence le code électorale et la charte des partis politiques. Mais depuis, les béninois ont plutôt eu droit à un jeu de yoyo entre les parlementaires toutes tendances confondues sur fond de mauvaise foi et de dilatoire. La grande hardiesse du Président Adrien HOUNGBEDJI et sa ferme détermination à parvenir à un consensus n’aura finalement rien changé à la situation. Même en ce dernier jour considéré comme une ultime occasion pour trouver une solution à la crise, les députés ont à nouveau, tels des gamins de la maternelle, passé tout le temps à se rejeter la responsabilité de l’échec du processus. A son corps défendant, le président Adrien HOUNGBEDJI n’a eu d’autre choix que de procéder à la clôture pure et simple de la session ouverte le 18 mars dernier, entérinant de fait , la déclaration des députés du BMP lue par l’honorable Jean Michel ABIMBOLA le vendredi dernier qui constatait et prenait déjà acte de l’échec de la tentative de résolution de la crise préélectorale par voie parlementaire. Les regards sont donc désormais tournés vers le Chef de l’État qui, parallèlement a la démarche parlementaire, avait aussi entrepris une série de consultations de personnes ressources et de Présidents d’Institutions de la République afin qu’une solution idoine soit trouvée à la situation actuelle qui n’est pas de nature à rendre les prochaines législatives véritablement inclusives.

Laisser une réponse

Votre adresse email ne sera pas publiéeLes champs requis sont surlignés *

*

© Copyright 2017 Journal Bénin Actualité. Tous Droits Réservés.