Accueil » Actualité » LUTTE CONTRE LA CORRUPTION : PATRICE TALON DÉCIDÉ A ANNIHILER LE PHÉNOMÈNE (Les « gré à gré » hors approbation du conseil des ministres sont désormais interdits au Bénin.)

LUTTE CONTRE LA CORRUPTION : PATRICE TALON DÉCIDÉ A ANNIHILER LE PHÉNOMÈNE (Les « gré à gré » hors approbation du conseil des ministres sont désormais interdits au Bénin.)

Plus question désormais de passer des marchés de gré à gré dans les ministères et organismes associés au Bénin. Le chef de l’État, à travers un courrier adressé au ministre en charge de l’économie et des finances le 03 aout dernier, a rappelé à ce dernier la nécessité de toujours soumettre à l’appréciation du conseil des ministres, toute demande d’approbation de marché gré à gré émanant des ministères ou des organismes sous tutelle. Ce courrier du chef de l’état à son ministre des finance est consécutif à des informations qui lui sont parvenues et qui faisaient état de ce qu’en dépit des dispositions en vigueurs, des marchés étaient attribués gré à gré à des opérateurs économiques dans les ministères et organismes sous tutelle sans qu’aucune instance faitière compétente ne se prononce au préalable sur la régularité de cette opération. Une situation qui favorise les actes de corruption dans l’administration publique. Il est en effet de notoriété publique que les marchés gré à gré sont s’octroient dans la plus part des cas chez nous  en fonction de l’affinité entre les opérateurs économiques et les responsables à qui de rutilants pots de vins sont versés en retour. La qualification de la structure bénéficiaire dudit marché n’est donc plus considérée comme un critère de choix comme le prévoit le code des marchés publics pour ces genres d’opération. Une pratique qui pénalise les opérateurs économiques remplissant les conditions requises et qui devraient en principe bénéficier de ces types de marchés. Face à une telle pagaille, la réaction de l’autorité suprême ne peut être que saluée car elle vient mettre un terme à la promotion de l’inégalité des chances et de la corruption dans l’administration publique. Mais connaissant capacité du béninois à contourner les dispositions légales, il est impérieux qu’un mécanisme de veille soit mis en place en vue de s’assurer que ce rappel à l’ordre du chef de l’État sera effectivement respecté.

 

Guillaume de SOUZA

Laisser une réponse

Votre adresse email ne sera pas publiéeLes champs requis sont surlignés *

*

© Copyright 2017 Journal Bénin Actualité. Tous Droits Réservés.