Impacts de la pandémie de la Covid-19 en Afrique : Ministres et experts évaluent les impacts sur le secteur énergétique.

Le Ministre béninois de l’Énergie, Dona Jean-Claude HOUSSOU, participé à un échange ministériel africain qui s’est tenue par visioconférence le mardi 30 juin 2020 autour du thème : « Impact de la crise de la Covid-19 sur le secteur énergétique en Afrique : Défis et Opportunités ». Organisée par l’Agence Internationale de l’Énergie (AIE) et le gouvernement sénégalais, cette rencontre a réuni plusieurs pays dans le monde dont le Bénin.

B.A

Selon le Ministre Dona Jean-Claude HOUSSOU, l’objectif de cette réunion ministérielle est de faire le partage d’expériences des impacts de la pandémie liée à la Covid-19 sur le secteur de l’énergie. Le monde entier est aujourd’hui confronté à la difficulté de surmonter les conséquences dommageables de la pandémie du Coronavirus. Au Bénin, d’après le Ministre HOUSSOU, cette pandémie a eu des impacts au niveau de la mise en œuvre d’un certain nombre de projets qui avaient été initiés dans le cadre du Programme d’Actions du Gouvernement. <<Il y a eu une baisse des travaux parce que les acteurs qui le font ne sont plus disponibles, parce qu’à l’étranger et ils ne peuvent pas voyager… >>, a-t-il laissé entendre avant de faire savoir que le nombre de branchements électriques a considérablement baissé en cette période, car ceux qui le font sont en contact direct avec la population et il faudrait les protéger.

L’impact de la pandémie sur le déroulement des projets se ressent aussi sur la gestion budgétaire qui nécessite une attention particulière si on veut une croissance durable. Le Gouvernement a mis un certain nombre de mesures d’atténuation des impacts pour le secteur de l’énergie. L’État a pris en charge la hausse tarifaire du prix de l’électricité qui devrait être appliquée en cette période. Cette augmentation a été décalée dans le temps, selon le Ministre de l’Énergie. Les factures d’électricité d’une catégorie d’entreprise ont été aussi prises en charge entièrement par l’État.

Par ailleurs, Dona Jean-Claude HOUSSOU a annoncé des chiffres clés enregistrés dans les mois d’avril et de mai. Il a été constaté une diminution des recettes entre 20% et 25% pour la SBEE. Et le niveau des demandes d’énergie électrique a baissé autour de 04%. À l’instar du Bénin, d’autres pays africains ont exprimé l’impact de la pandémie dans leurs pays. Et il a été demandé aux pays africains qui ont pris part à cette conférence de travailler ensemble avec le reste de la communauté pour surmonter les obstacles rencontrés.

Pour le Ministre du Pétrole et des Énergies du Sénégal, Monsieur Mouhamadou Makhtar CISSE, l’Afrique peut sortir de la pandémie avec un nouveau souffle. Il a invité la communauté internationale à travailler avec les pays africains au développement d’une énergie sûre et durable à un coût abordable, en particulier pour leurs citoyens les plus vulnérables, mais également pour une plus grande compétitivité de leur économie. Le secteur de l’énergie peut donner à une population africaine, jeune et dynamique, le pouvoir de réaliser son énorme potentiel, pour le bien du monde entier. Cet objectif est, pour chacune et chacun, à la fois un devoir moral et une nouvelle perspective économique.

Laisser une réponse

Votre adresse email ne sera pas publiéeLes champs requis sont surlignés *

*